8ème ETAPE : VARS – ALLOS

DISTANCE : 123kms – DENIVELE POSITIF 2800m

Départ à froid, il va falloir se hisser jusqu’en haut du col de Vars à 2100m d’altitude, soit 450m de dénivelé en 7kms. L’étape est courte mais non dépourvue de difficultés.

Une belle descente pour arriver sur Jausiers, tiens une pancarte col de Restefond, mais ce n’est pas au programme d’aujourd’hui, les organisateurs ont dû prévoir un détour ! Nous sommes dans la vallée de l’Ubaye.

8

Le superbe château des Magnans

De très belles choses à voir dans ce village, les quatre fameuses villas : Javelly, Laugier, Manon et Morelia. Mais en fait, si les cyclistes se sont arrêtés c’est pour déguster un bon café, chaud devant, qui nous attend, il sera fort apprécié.

Direction Barcelonnette : surnommée la ville des mexicains. Ils furent nombreux à s’expatrier au Mexique pour faire du commerce, revenus riches pour certains ils ont construits de superbes villas avec une architecture particulière, en voici un exemple :

9

Ce n’est pas le tout, la route continue en direction du col de la Cayolle.

10

Le magazine le Cycle classe ce col parmi les plus beaux d’Europe. Il a été ouvert à la fin du 19ème siècle par l’armée, il permet de relier Barcelonnette à la Haute vallée du Var. Dernier grand col à franchir (en principe pour des êtres normaux avant d’atteindre la Méditerranée). Ici les cyclistes sont rois, la route monte par paliers jusqu’à Bayasse avant d’attaquer sérieusement la montagne, il reste alors 9kms de lacets à avaler, à travers les alpages ou les marmottes désormais sont seules à siffler encore des encouragements à nos valeureux cyclistes depuis le dernier passage du Tour de France.

Dans la descente, notre ami Suisse de Martigny : Philippe Bollenrucher, éclate son pneu avant et tombe lourdement à l’approche d’un lacet. Selon les deux médecins sur place il souffrirait d’une fracture du fémur. Les pompiers l’ont descendu jusqu’à Entraunes ou il a été ensuite héliporté en direction de l’hôpital Pasteur de Nice. Le Comité d’organisation et l’ensemble du peloton souhaite un prompt rétablissement à Philippe.

Entraunes nous attend pour la pause déjeuner sous le soleil.

Direction le col des champs : Pour mémoire, le Tour de France a emprunté ce col, classé en 1re catégorie, lors de la  15e étape du Tour de France 1975 entre Nice et Pra Loup. C'est le Belge Eddy Merckx qui est passé en tête au sommet. Cette étape marque le dernier jour en jaune dans la carrière du « Cannibale ». Des pentes difficiles, des passages à 14% ont été relevées. Superbes paysages, pas mal de photos ont immortalisés nos valeureux cyclistes mais la montagne a elle aussi été mitraillée.

On entame la descente vers Colmars mais grosse surprise : c’est le jour et la nuit entre l’état de la route ! Autant celle du versant Est possède un revêtement nickel et est assez large, autant celle du versant Ouest est dans un état lamentable par certains endroits et la chaussée est étroite ! De plus, sur les premiers kms de la descente, il y a de multiples canaux d’évacuation des eaux pluviales en forme de dos d’âne à l’envers qui coupent la route et qu’il faut passer au ralenti sous peine d’exploser sa fourche.

Bon ce n’est pas tout mais le col d’Allos, c’est encore 23,6 km et environ 1000m de dénivelé à se mettre encore sous la dent ! 

Cet enchainement de 3 cols à plus de 2000m et la montée d’Allos nous  rappelle tout le respect qu’on  doit à la Montagne ! Mais cette expérience vous a permis de vous surpasser, de trouver de l’énergie, du courage et aussi un peu de folie tout au fond de chacun d’entre vous !

Allos enfin….

11

Ce soir les chambres seront particulièrement appréciées

Bonne soirée et à demain.

Attribution des maillots :

Maillot rose Maria Mandon

Maillot vert du fair-play : Pascal Derouet

Maillot à pois du meilleur grimpeur : Mickaël Duyck

Infirmerie : chute de Philippe Tychyj, pas de gravité, mais par précaution il passera en soirée une visite de contrôle à l’hôpital.

Chute de Philippe Bollenrucher : fracture du fémur (à confirmer).

Le nom que l’on donne à son vélo varie au gré des situations, voyez plutôt :

Dans la descente : Allez, roule ma poule

En montée : Raaaah !! Grosse vache t’est lourde

L’incident : Ah la Garce, encore crevée

A l’arrivée : Si j’ai gagné c’est grâce à ma petite reine.

Comme vous le voyez on peut tout à fait relativiser.

A demain si vous le voulez bien,

Jean-Marc ROUXEL



STRAVA

Retrouvez le club de l'épreuve sur STRAVA afin de partager vos préparations !
Qui est en ligne ?

Nous avons 147 invités et aucun membre en ligne

Copyright © 2007-2019 Tous droits réservés - AAOC WISSOUS - Design : Florent MOULIN - V.4.0
Site optimisé pour une résolution >= 1280x1024